Recontres avec les Artisans

Rencontre avec Catherine Bouteloup – Bas-Armagnacs Veuve Goudoulin

Veuve Goudoulin

Nous avons rencontré Catherine Bouteloup des Bas-Armagnacs Veuve Goudoulin afin de vous dévoiler quelques secrets de cette maison créée en 1935.

  • Quels ont été les moments marquants de l’histoire de Veuve Goudoulin ?

La maison Veuve Goudoulin fut fondée en 1935 par Jeanne Goudoulin, qui perdit son mari des suites de blessures de guerre en 1925. Elle devint alors négociante et éleveuse de Bas-Armagnacs sur le Domaine de Bigor, dans le Gers.

Durant les années 30-40 elle vendit des armagnacs sur les marchés, notamment dans la région Béarnaise. Après la seconde guerre mondiale, le domaine de Bigor fut ravagé par un incendie et le marché de l’armagnac connut de grandes difficultés.

Vint alors une importante phase de reconquête de la clientèle par Jeanne Goudoulin, présente 6 mois par an à Paris, auprès de cafés, restaurants et cabarets.

En 1964, son petit-fils Christian Faure vint lui prêter main forte et finit par reprendre l’entreprise familiale en 1967.

En 2009, une quarantaine d’années plus tard, Michel Miclo (propriétaire de la Distillerie Miclo en Alsace et producteur de crèmes glacées en Polynésie) décida de racheter les Armagnacs Goudoulin, dans le but de donner un nouvel élan à la maison.

Depuis lors, Veuve Goudoulin a retrouvé le positionnement Premium, qui faisait sa renommée, ainsi que sa place parmi les grandes maisons du monde de l’armagnac.

Veuve Goudoulin

Veuve Goudoulin – Bas-Armagnacs

  • Comment voyez-vous l’avenir des Bas-Armagnacs Veuve Goudoulin ?

Nous renforçons notre positionnement Premium en apportant le plus grand soin à l’emballage de nos bouteilles, en proposant des bas-armagnacs de très belle qualité, qui ont fait la réputation de la maison et en proposant des produits nouveaux comme nos Bruts de fût, notamment notre VSOP Double Cask récemment récompensé de Best Armagnac au Cocktail Spirits de Paris.

  • Quel est le rôle du maître de chai lors du processus de production de l’Armagnac ?

Le maitre de chai joue un rôle essentiel. Ce qui fait la force d’une maison, c’est avant tout la qualité de ses eaux-de-vie. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à Aurélien, notre maître de chai, œnologue de formation, qui a notamment fait ses armes notamment au Château La Calisse, Grand Cru Classé de Provence.

  • Lequel de vos Armagnacs recommandez-vous tout particulièrement et pourquoi ?

J’ai un gros coup de cœur pour notre bas armagnac 1973. Il possède une belle fraîcheur, un très beau rancio et une magnifique finale sur la réglisse. Autre coup de cœur plus récent : notre XO Single Cask. Ce Bas Armagnac de plus de 18 ans d’âge finit son élevage  depuis 5 ans dans une barrique en chêne pédonculé de Gascogne. Embouteillé BRUT DE FUT à 47.9% vol sans filtration, cet armagnac élégant et raffiné oscille entre maturité et fraicheur par son nez de fruits rouges ponctués de notes exotiques.

  • Un accord mets-armagnac à nous recommander ?

Gâteau au chocolat noir, ou carré de chocolat noir, une merveille !

  • En tant que Gourmands, nous aimerions connaître votre recette de cuisine favorite.

Noix de saint Jacques poêlées, flambées à l’armagnac Goudoulin (VS ou VSOP) bien sûr !

  • Quel est le produit qui vous donne le plus envie sur Être Gourmand ?

Les chocolats de chez Antton ! Au top avec un bas-armagnac.

  • Connaissez-vous un artisan de votre région que vous souhaitez nous recommander ?

La maison Samaran à Toulouse, qui est une conserverie de qualité, proposant de très beaux produits autour du canard (Stéphanie Duboisse ou Christophe Samaran).

Rencontre avec Catherine Bouteloup – Bas-Armagnacs Veuve Goudoulin
4.94 (98.75%) 16 votes

Laissez un commentaire